Kuhn - KUHN France | Constructeur de matériel agricole
Search
  
 Gamme 
  
  
 Groupe KUHN 
  
  
 Services en ligne 
  
  
 Magazine 
  
  
 Carrières 
  
  
 Fournisseurs 
  
 Actualités
 La presse en parle
 Salons
 Dossier de presse
 Le conseil de l'agronome

Une ration mélangée de qualité


Une
ration mélangée de qualité est une ration sécurisée qui permet à chaque animal du troupeau d’extérioriser tout son potentiel génétique.

Voici 10 critères nutritionnels pour piloter l’alimentation de votre troupeau en toute simplicité :

1. Pour évaluer la fibrosité de votre ration !

Observez la valeur de structure de la ration en prenant une poignée de mélange dans les mains :
Le mélange doit être aéré et non compacté
La structure du maïs ne doit pas être laminée.
Si vous incorporez de la paille, la coupe des brins doit être nette et franche pour un indice ruminatoire optimal (raccourci)

Observez le comportement de votre troupeau :
Une bonne valeur de structure se vérifie également en réalisant un simple comptage du nombre de mastications :
Valeur idéale : 60 coups de mâchoire entre deux déglutitions

Observez l’évolution du TB(2) :
Si le TB(2) baisse anormalement, le pH(3) ruminal est en chute. La salivation est insuffisante, veuillez additionner de la fibre efficace (paille, foin…) pour retrouver le point de réponse.

(2)Taux Butyreux (3)Potentiel Hydrogène

2. Comment évaluer le niveau d’ingestion de votre troupeau ?
Pour exploiter tout le potentiel génétique de votre troupeau, chaque ruminant doit s’alimenter au maximum de sa capacité d’ingestion.
Pour un troupeau composé de 30 à 40 % de primipares, l’ingestion minimale se définie à partir du poids vif moyen et de la production laitière standard :

Ingestion en Kg de MS(1) = (2 % du poids moyen adulte) + (25 % de la production lait standard)

(1)Matière Sèche

3. Dans quelle mesure valoriser les produits issus de l’exploitation ?
Une ration mélangée de qualité, c’est aussi une ration économique. Le ruminant doit ingérer et valoriser un maximum de fourrages avec un apport minimum de concentrés
achetés. Pour obtenir la valeur idéale d’une ration efficace tant sur le plan technique qu’économique, il vous suffit de rester dans la balance de : 80 % de fourrages grossiers et 20 % de concentrés.

4. La cellulose brute pour sécuriser la ration.
La cellulose d’une ration est baptisée CB (cellulose brute) et comprend la cellulose contenue dans tous les fourrages de la ration : foin, paille, enrubannée… mais également celle contenue dans les ensilages. Ce taux de cellulose brute idéal doit se situer : Valeur idéale : 17 à 19,5 % de la MS(1) totale de la ration.

(1)Matière Sèche

5. Adaptez la balance énergétique au niveau de la production du troupeau.
La balance énergétique est définie par la quantité d’UFL(4) ingérée sur 24 heures (en moyenne par le troupeau). Elle est calculée comme suit :
Balance énergétique = Densité énergétique (en UFL(4)) x quantité de MS ingérée (en Kg)

(4)Unité Fourrage Laitier

6. Equilibrez l’énergie et l’azote de la ration.
Cet équilibre qui est mesuré en divisant le nombre total de PDIE(5) de la ration par le nombre total d’UFL, varie selon le type de ration mélangée :
Valeur idéale : 112 PDIE(5) par UFL en ration complète et 104 PDIE(5) en semi-complète.

(5)Protéines Digestibles dans l’Intestin transformé en Energie

7. L’azote soluble pour activer la vie microbienne du rumen.
L’azote soluble, nécessaire à une vie microbienne ruminale intense, est souvent comparée à l’herbe jeune du printemps. Elle doit être équilibrée à l’énergie totale apportée par la ration.

Valeur idéale : (PDIN(6) – PDIE(5)) / UFL = voisin de 5

Une carence en azote soluble engendre une baisse de l’ingestion alors qu’un excès est précurseur de mammites, de coulées embryonnaires, de bouses liquides… Dans certains cas, l’ajout d’urée peut être préconisé. En cas de doute et pour éviter tout excès, prévoir de réaliser un dosage d’urée dans le lait.

(6) Protéines Digestibles dans l’Intestin transformé en Azote

8. Oui à la production laitière… mais pas au détriment des taux !
Une augmentation de la production laitière n’est pas toujours en adéquation avec l’amélioration des taux. L’effet galactogène est souvent synonyme de phénomène de dilution des taux. Une bonne régulation de ces deux critères, déterminants pour le revenu laitier, s’obtient comme suit (Concrètement sur le plan de la formulation de la ration mélangée, il vous suffit de laisser flotter deux valeurs de dégradabilité de correcteurs) :

Un correcteur dégradable : PDIN(6) – PDIE(5) = voisin de 100 par Kg brut.
Un correcteur protégé : PDIN(6) – PDIE(5) = voisin de 20 par Kg brut.
(PDIA(3) / PDIE(1)) x 100 = 47 à 52 %
PDIE = PDIA(7) + PDIME(8)
PDIN = PDIA + PDIMN(9)


(5)Protéines Digestibles dans l’Intestin transformé en Energie
(6) Protéines Digestibles dans l’Intestin transformé en Azote
(7) Protéines alimentaires non dégradées dans le rumen
(8)protéines Digestibles dans l’Intestin fournies par les microorganismes apportant de l'énergie
(9)protéines Digestibles dans l’Intestin fournies par les microorganismes apportant de l'azote

9. Ne pas négliger les sucres libres !
Comme pour l’azote soluble, les sucres libres sont indispensables à la flore microbienne du rumen. De plus, ils sont facteurs d’appétence de la ration. Le niveau de sucres libres doit être voisin à celui d’un pâturage à la belle saison.

10. N’oubliez pas la minéralisation !
Pour combler les déficits minéraux des fourrages, la complémentation minérale (qu’elle soit sous forme de poudre, semoulette ou granulée) doit être permanente sur les bases :
Phosphore : 0,36 à 0,40 % de la MS ingérée
Calcium : 0,70 à 0,75 % de la MS ingérée

  SITE KUHN    SITES THÉMATIQUES    RÉSEAUX SOCIAUX  
contifonte.fr
Exigez le meilleur des fourrages

RSS

YouTube

FaceBook
KUHN S.A - BP 50060 - F-67706 Saverne CEDEX - Phone:+33(0)3 88 01 81 00 - Fax: +33(0)3 88 01 81 01